Le dernier repas - 3 mai 2012

Je me dis parfois: 'Je dois préparer mes obséques.'  J'ai aucune crainte ou aucun espoir que ma mort soit imminente. Juste pour en débarasser ceux qui reste. Parce que celle qui me connaît, ne connaît pas nos rituels, ni elle va savoir comment ajouter l'authenticité à ces moments dont j'espère qu'ils vont être douloureux. Et ceux qui connaissent les rituels ne me connaît pas, et en tout cas eux aussi ne vont pas à ce moment avoir le courage d'ajouter l'authenticité aux rituels. Et je peux dire, quelques éléments qu'évoque Jacques Brel ici, j'aime bien qu' ils soyent présent ce jour-là.