Sans exigences - 10 mai 2013

'Sans exigences' n'est sûre et certain pas la chanson la plus populaire de Jacques Brel, et ne jamais elle sera. C'est une chanson qui dans sa mélodie approche un 'parlando' de la plus belle musique baroque et même l'arrangement (avec un instrument qui fait penser au clavecin) donne cet air de baroque. Si on veut qu'une chanson soit populaire, ce n'est pas le choix efficace. Si on veut souligner par la chanson toute la valeur du texte, il n'y a pas mieux. 

Le texte me frappe par ce mot 'exigence', juste parce qu'on à parlé dans une de nos dernières conversations d' 'exiger' et 'demander'. Dans la chanson l'histoire ou le contexte sont bien sûr tout à fait différents. C'est un homme qui vit 'sans exigences' et par conséquence n'est pas vu (ni dans son amour, ni dans ses besoins) par la femme qu'il aime ou au moins à laquelle il consacre sa vie de plus en plus pénible. La tristesse de la vie: si un simple 'besoin' n'est pas claironné comme 'exigence', il reste non remarqué. 

Votre vie est exigence, ou bien prononcé par Vos ordres, ou bien à découvrir par observation attentive. Et quand même, je ne parviens pas à les considérer comme des exigences. Je les considère comme des invitations. Plus que j'accompli Vos exigences, plus que je m'approche de Vous et d'une façon plus intime je sens Votre divinité. Et en même temps Vous connaissez (parfois mieux qu'eux-mêmes) les besoins de Vos soumis(es) et Vous êtes généreuse à les remplir. Une fois de nouveau, les mots ont une signification différente dans Votre univers.