Mille temps à quitter

L'amour, thème trop favorie pour la chanson. Pour Brel, Quand on n'a que l'amour marque le début de son succès. Bien que beaucoup moins de pastiche que produisent ces collègues, on peu dire que cette chanson reste dans l'univers de chansons d'amour 'traditionelles'. L'année 1959 nous offre deux chansons d'amour qu'on peut compter entre les chansons de Brel qui sont restées les plus populaires à partir de ce jour: La valse à mille temps et bien sur Ne me quitte pas.

La valse à mille temps m'intrigue tout d'abord au plan musical. La valse est peut-être la danse classique qui fait appel le plus au romantisme. Et à chaque point La valse à mille temps est une valse classique de genre 'valse musette'. Pour une danse la cadense est d'une grande importance, si il n'y a pas de cadence, on ne peut simplement pas danser. La cadence de la valse peut facilement 'ensorceler'... Deux images pour l'illustrer.... La salle de danse du début de 19me siècle où tout le beau monde se réunit dans les éternelles ronde, chaque couple tourne à son propre axe, et tout le groupe tourne à l'axe virtuel de la salle (image qui nous est présenté dans tant de films et chaque année au concert de nouvel an de Vienne)... Autre image, presque opposé... une salle plein de personnes âgées... quand le gentil animateur joue ou la gentille animatrice chante une valse, tout le groupe s'accroche et commence à bouger de droit à gauche, de gauche à droite. (Enfin, c'est comme ça en Flandre/Belgique, je ne sais pas pour la France). Brel entre dans cette magie de la valse, et la surpasse, justement par jouer avec le tempo... la cadence de Un deux trois, Un deux trois est toujours là, mais Brel varie le tempo, il commence lentement, et puis ajoute jusqu'au tourbillon. Une valse très difficile à danser, sauf si l'âme des danseurs est en parfaite harmonie entre eux et avec la musique.

Les paroles de cette chanson, on peut le considérer comme 'absurde'. D'abord par tous ceux qui 'savent' que la valse c'est un deux trois, un deux trois... Une valse est à trois temps, pas à un temps ou mille temps... Puis parce que, ce n'es pas seulement le tempo qui fait tourbillon, ca sont aussi les mots, temps, ans, charmant, troublant, vingt, cent, trois cente trente-trois... personne ne peut suivre à la première écoute. Et on peut se demander si les mots font importance ici, ou c'est juste le son qui reste.

 

Brel chante 'La valse à mille temps'

 

Mais c'est exactement ça que Brel veut chanter ici, le tourbillon d'amour, l'amour qui se trouve, l'amour sans réserve. Au premier temps de la valse, je suis seul mais je t'aperçois... au deuxième temps de la valse, on est deux tu es dans mes bras,.. Au troisième temps de la valse  Nous valsons enfin tous les trois, il y a toi, il y a l'amour et il y a moi... Il y a peu de chansons de Brel qui termine par une phrase assez optimiste que 'enfin éclater sa joie'.

Dans L'oeuvre intégrale le texte de Ne me quitte pas se trouve directement après La valse à mille temps. Deux 'chansons d'amour', publiées la même année, il ne peut être une plus grande différence dans le contenu. 'Ne me quitte pas', même dans une rélation qui continue, ça se dit. Et la première strophe se lit comme une session de thérapie de mariage... il y avait des malentendus, il y avait des heures qui tuent, mais ne me quittez pas... La deuxième strophe c'est la promesse... Je t'offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas... Mais la chanson termine par une supplique fort humilante: Laisser moi devenir l'ombre de ton ombre, l'ombre de ta main, l'ombre de ton chien... Justement, ne me quitte pas. C'est étrange que c'est cette chanson si peu optimiste est devenue la plus populaire, la plus traduite et chantée par d'autres chanteurs. Et je me demande si toutes les personnes qui mentionnent cette chanson comme leur 'favori de tous les temps' ont vraiment lu le texte, ou ils se souviennent seulement ce 'ne me quitte pas' si émouvant, qui retourne et retourne. En tout cas, l'adaption néerlandaise du texte est beaucoup plus gentille... Si je retraduis, ça devient 'je veux être votre ombre' (pas l'ombre de ton ombre), je veux être votre pas (au lieu de l'ombre de ta main) et je veux être votre souffle (au lieu de 'l'ombre de ton chien'. Dans les autres langues que j'ai controler, la traduction reste plus proche de l'originale. En tout cas, cette petite récherche m'a donné l'occasion d' écouter la version néerlandaise de Liesbeth List, qui est son doute l'interprétatrice néerlandophone la plus grande de Brel. Douze ans plus jeune que Jacques, elle a découvert ses chansons quand il a déjà un certain renommé, mais ils se sont trouvés unis comme 'âme artiste'. Deux versions de me quitte pas, donc. Jacques qui chante à la fin de sa carrière en scene et Liesbeth qui chante à l'occasion de son 70me anniversaire.

Bien sûr, il y a les discussions d'où vient l'inspiration pour cette chanson? Est-ce que c'est une femme existante, avec laquelle Brel a une rélation troublante? Peut-être il y a une vague inspiration de sa rélation avec Zizou, sa première maîtresse de longue durée. Quand même, c'est de beaucoup plus d'une expérience particulière qu'il chante. Et ce qui semble être sûr, que les premiers essais pour cette chanson sont écrit à une chambre d'hôtel à Bordeaux.

 Brel chante 'Ne me quitte pas'

 

 Liesbeth List chante 'Ne me quitte pas'

 

Est-ce qu'on peut appeler Vesoul une chanson d'amour? Pour moi, oui. Pas l'amour 'universel' de Quand on a que l'amour ou de La valse à mille temps,pas avec le même drame de Ne me quitte pas. Beaucoup plus anécdotique. Quand j'entends la chanson, je vois un couple, le mari au volant, la femme -femme souvent varie-  à côte de lui,qui s'occupe de son rouge à lèvre et son vernis, dans un trajet aléatoire: Vierzon, Vesoul, Hambourg, même Anvers... Mais je le dis, je n'irai pas plus loin... et hop, on est reparti...  Pour moi, avec beaucoup d'humour aussi: J'ai voulu voir ta soeur et on a vu ta mère comme toujours..  Moi, je peux trop mieux imaginer les petites discussions matrimoniales qui accompagnent cette route... Peut-être on peut voir cette chanson comme la suite de Ne me quitte pas. La femme n'a enfin pas quitté son mari, et regarde ce qu'il en est venu... sans comprendre la logique de sa femme, il la suit... Mais surtout en écoutant cette chanson et en s'étonnant de cette logique aléatoire, c'est bien de se souvenir les paroles d'Albert Camus: Il faut s'imaginer Sisyphe heureux.

 


Brel chante Vesoul

 

Malgré toutes les menaces de quitter, malgré les tours de France les plus foux, il y a des couples qui survivent. De ceux qui ont vécu sans cette menace la plus cruelle de l'abondon ou de ceux qui n'ont pas suivi leur 'femme souvent varie' dans ces caprices, Jacques Brelne parle même pas. Ils sont trop nombreux, mais pas intéressants pour une chanson ou simplement hors du champ de vision de Jacques qui déteste une vie sans passion. Pour ceux qui choisissent pour la passion avec ses blessures et abîmes, Jacques chante une chanson assez optimiste. Sans se distancier de ces blessures, c'est possible encore de chanter 'Mon doux, mon tentre, mon merveilleux amour'.  Et voici comment Wolinski voit les vieux amants. Assez sexy encore, à mon avis.

Brel chante La chanson des vieux amantsWolinski déssine les vieux amants


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et alors, Les vieux, c'est ça une chanson d'amour? Il y en a qui disent que c'est sa plus belle. Si on écoute la chanson avec les oreils d'une personne jeune, on n'écoute que l'ennui. Mais si on écoute plus attentif, peut-être on écoute l'amour s'apaisant. Mais ne soyons pas trop optimiste: cette même silence peut cacher la plus profonde haine aussi. Est-ce que ça existe un amour, qui n'a plus besoin des mots, ou est-ce que l'absence des mots veut justement dire qu'il ne reste que le chagrin? Moi, je les donnes l'avantage de doute,ces vieux, qui s'apaisants peut-être, montre leur amour par les petites geste pour aider du lit à la fenêtre et puis de la fenêtre au fauteuil. Et je leur le souhaite tous, de ne pas mourir, mais de s'endormer un tour et dormir trop longtemps.

 


Brel chante 'Les vieux'